Comme annoncé, les enseignants ont eu une rencontre ce samedi au siège de leur syndicat. Dans l’ensemble, ils décident de poursuivre la grève générale dans le secteur de l’éducation.

Ousmane Tounkara, secrétaire général adjoint du SLECG et responsable des négociations chez les grévistes, a demandé aux parents d’élèves de garder leurs enfants à la maison jusqu’à la satisfaction des différentes revendications. Il a aussi exhorté tous les enseignants à éviter de tomber dans les pièges des politiciens qu’ils soient de la mouvance ou de l’opposition.

Voici, la déclaration lue par un des porte-paroles des enseignants.

Déclaration

Chers enseignants et chercheurs de Guinée, le moment est grave et la nécessité d’une solidarité s’impose dans la lutte pour l’amélioration de nos conditions de vie. Oublions ce qui nous divise.   Malheureusement, nous sommes au regret de constater que certains de nos collègues des institutions d’enseignement supérieur et des centres de recherches observent jusqu’à présent une attitude de passivité dans ce noble combat qui pourtant est bien le nôtre.

Cependant, l’issue heureuse de cette noble lutte profitera à tous y compris ceux de l’enseignement supérieur et des centres de recherche. Nous invitons tous nos collègues enseignants chercheurs à intégrer les rangs en observant le mot d’ordre de grève déclenchée par le bureau exécutif national du SLECG dirigé par le camarade Aboubacar Soumah.

Vive les enseignants de Guinée ! La grève continue !

Traoré Yéné Joseph membre du bureau exécutif national

Mohamed Kaba et Ousmane Touré, de la cellule de communication

Irruption d’un groupe de femmes

Des invitées surprises ont été enregistrées au siège du syndicat. Elles entendaient mettre la pression sur les enseignants pour les contraindre à reprendre le chemin de l’école. Venues avec des haut-parleurs,  ces manifestantes ont fait savoir qu’elles ont commencé par le palais Sékhoutoureyah (présidence de la république) avant de rallier Dixinn. Leur message n’a pas été bien perçu. Certaines sources évoquent même une main noire proche du régime qui aurait distribué de l’argent à ces femmes pour perturber la rencontre.

Finalement, elles ont quitté les lieux sans obtenir gain de cause.

Mamadou Samba Sow

Partagez

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).