Un mois après le lancement de la grève des enseignants, les différentes écoles de la commune urbaine de Boké gardent leurs portes et fenêtres fermées. En attendant une solution, les élèves se reconvertissent en chercheurs de gagne pain.

Un petit tour à travers la ville nous a permis de constater  que la plupart des élèves ont trouvé des activités génératrices de revenus. Côté garçons, bon nombre d’élèves pratiquent le taxi-moto.  Certains, remplacent leurs pères ou frères dans les boutiques, d’autres font la mécanique moto. Chez les filles, beaucoup font la couture, la coiffure ou le commerce. Celles qui n’ont rien d’autres à faire, s’occupent de la cuisine.

Il y a également, ceux qui passent toute la journée sous les manguiers à préparer du thé. Ils discutent souvent de thèmes liés au football européen.

Ibrahima Sarifou Bah, élève de la 12eme année science sociale au groupe scolaire l’Élite de Boké

 

Partagez

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).