La finale de la première édition du concours national d’éloquence s’est déroulée ce samedi dans la salle Malick Condé de l’université Kofi Annan. Après la prestation des sept candidats, l’université Général Lansana Conté de Sonfonia a occupé le haut du podium.

Ibrahima Sory Kaba de l’université Général Lansana Conté  a raflé  le premier prix. Il est suivi de près par Oumou Salimatou qui occupe la 2eme place et qui fait la même institution que lui. Mohamed Zawad Kouyaté de Koffi Annan est troisième. Karomoko Kaba, de La Source arrive 4eme, Amadou Tanou Bah de l’UGLC de Sonfonia occupe la 5eme place, Tidjane Bangoura de l’UNIC  est 6eme et Ibrahima Sory Bangoura de Kofi Annan ferme la marche en occupant la 7eme place.

Le président du jury, Boubacar Yacine Diallo, journaliste a apprécié le niveau des candidats: « j’ai été fortement impressionné par la qualité des prestations tant du point de vue de la forme que du fond. Et j’ai acquis la certitude que contrairement à ce qu’on peut dire, notre université est entrain de bien former ses étudiants. Il y avait dix critères. Nous avons appréciés les prestations vestimentaires, les gestes et puis le timbre. Tout ce qui peut entrer en ligne de compte dans l’appréciation d’une prestation. Je voudrai signaler que les sujets étaient d’actualité, sur l’immigration, sur le rôle de la femme dans la société. Les organisateurs ont eu le mérite d’avoir lancé un concours qui va se répandre comme une traînée de poudre et j’espère tout simplement que les responsables des universités vont accorder plus de crédits à ce concours là. J’ai vu l’effort que les candidats ont fait et ils étaient tous bons. »

Ibrahima Sory Kaba de l’université Général Lansana Conté, lauréat du premier prix n’a pas caché lui aussi sa satisfaction « je suis émus, non seulement par le fait que j’ai reçu ce prix mais aussi par la présence du public. Je crois que c’est une aventure qui vient de commencer. J’ai tout simplement travaillé. »

Oumou Salimatou, unique fille du lot a bataillé dur pour obtenir cette place « c’est un sentiment de joie. Je remercie toutes les personnes qui m’ont soutenu, accompagné jusque là. J’encourage la structure qui a organisé cette compétition et je dis félicitation à tous les autres parce que ça n’a pas été facile. Je me suis donné à fond. »

De son côté, Karfalla Aminata Condé, président de l’agence Rapide communication, structure qui a piloté le concours ne compte pas baisser les bras   « en Guinée, les jeunes ont besoin de s’exprimer, ils ont d’ailleurs ce mal là. Pour guérir ce mal, on a créé cette plateforme avec pour slogan ‘’démocratisons le parler en public’’. Il y a eu trois tours avec 20 candidats venus de 11 universités. Dès l’année prochaine si le ministère met le paquet, nous irons dans toutes les autres universités. »

Mamadou Samba Sow

Partagez

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).