88,3% des candidats ont décroché leur Bac. Le deuxième meilleur taux jamais atteint. La filière professionnelle, avec un taux de réussite de 82,6 %, est celle qui a le plus progressé par rapport à 2017.

La session 2018 du Bac est close depuis jeudi 12 juillet. Au terme des dernières épreuves de rattrapage, les 765.000 candidats qui l’ont passé connaissent aujourd’hui leur sort : ils sont 675.600 à avoir décroché leur diplôme. Le taux de réussite est ainsi de 88,3 % – un taux meilleur que celui de 2017 (qui était alors de 87,9 %), mais inférieur à celui de 2016, qui atteignait 88,6 %, et qui fait office de record.

91,1 % des bacheliers généraux ont décroché leur diplôme

Selon l’Éducation nationale, le taux de réussite s’élève plus précisément à 91,1 % pour le bac général, 88,9 % pour le bac technologique et 82,6 % pour le bac professionnel. Dans la filière générale, le bac ES affiche une hausse de son taux de réussite (1,3 points de plus qu’en 2017). La série S possède le plus gros taux de réussite, avec 91,8 % d’admis, un chiffre « stable », selon le ministère. De son côté, la série L affiche un taux de réussite de 90,7 %, soit 0,1 point de plus qu’en 2017. Au total, le nombre de bacheliers généraux atteint 359.100, soit 21.600 de plus que l’année dernière.

Le taux de réussite dans les séries technologiques (STMG, TMD, STI2D, ST2S, STL, STHR, STD2A, STAV) qui s’établit à 88,9 %, est en baisse par rapport à 2017 (-1,6 point), quand celui du bac professionnel est de 82,6 %, soit 1,1 point de plus qu’en 2017, ce qui en fait la filière qui progresse le plus. « Le baccalauréat 2018 a permis de qualifier professionnellement 178 400 jeunes », note en outre l’Éducation nationale.

Le pourcentage de bacheliers dans une génération s’élève à 79,9%

Selon Jean-Marc Huart, directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco), interrogé par RTL, la meilleure moyenne, décernée dans l’académie de Limoges, serait (sous réserve de confirmation) de 21,39/20… un score qui s’explique grâce aux points supplémentaires des options.

Le Bac serait-il trop facile, et son taux de réussite, 88,3 %, artificiel ? « Il faut féliciter les candidats, qui ont réussi un examen qui reste difficile. Pour autant, et c’est le sens de la réformeprévue pour 2021, il faut que cet examen soit encore plus performant, pour permettre la réussite dans l’enseignement supérieur… Cette année, 79,9 % d’une génération obtient le Bac : nous ne sommes pas à 100 % », argue Jean-Marc Huart, pour qui « cela reste un examen important, pour la poursuite d’études, mais aussi en tant que rite de passage ».

Source : http://www.vousnousils.fr

Partagez

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).