Rentrée scolaire : le 15 septembre n’est pas tenable selon Casimir Diaora secrétaire général du MENA

0
39
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Alors qu’il assurait il y a quelques mois que la date du 15 septembre est désormais celle de la rentrée officielle des classes, le numéro deux du ministère de l’éducation nationale, change de langage. Sans donner de précision claire, Casimir Diaora assure qu’il revient au gouvernement de décider.

Monsieur Diaora note que son département a fait le travail qui lui revenait : « Le ministère de l’éducation a fait des propositions de dates au gouvernement.  L’ouverture est une affaire nationale, il faudrait que le gouvernement qui s’occupe de la nation puisse analyser et donner son aval. C’est à lui de valider une des dates. »

Il poursuit en rappelant que généralement, l’ouverture se fait en deux temps : l’ouverture administrative et la rentrée académique. Deux ou trois semaines séparent les deux.

Les risques liés à la rentrée en octobre

Le secrétaire général du ministère de l’éducation mesure cependant les problèmes auxquels l’école guinéenne sera confrontée si la rentrée scolaire ne se déroule pas en septembre : « Nous voulons avoir les mêmes semaines d’études que les autres pays parce que nous avons le nombre de semaines le plus petit. C’est en commençant en septembre que nous pouvons avoir le même nombre que les autres. »

Institutionnalisation de la date du 15 septembre

Certains acteurs du système éducatif proposent que les salles de classes ouvrent le 3 octobre. Même s’il ne confirme pas cette tendance, Casimir Diaora trouve qu’il y a actuellement une course contre la montre : « Cette année, le 15 septembre tombe sur un samedi non ? Là, on ne peut pas. Pour le 17, quelle est la concession scolaire qui est nettoyée ? Aucune !  Il faut prendre entre une ou deux semaines pour que tout soit nettoyé. On ne va pas envoyer les enfants dans des champs en friche. Il y a aussi assez de sanitaires qu’il faut mettre en forme. »

En 2017, Ibrahima Kalil Konaté, à l’époque ministre de l’enseignement pré-universitaire avait décidé de faire du 15 septembre, la date de la rentrée scolaire. Le pays s’était inscrit dans la norme ouest-africaine, mais l’arrivée de Mory Sangaré à la tête du département semble donner raison à ceux qui pensent qu’en Guinée, chaque ministre vient et repart avec ses idées.

Mamadou Samba Sow

Partagez

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here