UNIC de Lambangny : la paix en Guinée au centre d’une conférence

0
348

La présente conférence a été initiée par le collectif des étudiants et universitaires guinéens. Elle a réuni ce samedi un public composé d’étudiants, de diplômés et des membres de différentes structures de la société civile.

Alpha Abdoulaye Barry le modérateur de la conférence a ouvert le bal par le chant de l’hymne national guinéen avant d’inviter Oumou Hawa Diallo trésorière de l’association à faire son discours de bienvenue. Selon elle,  il est temps d’agir afin d’éviter au pays une guerre civile « suite à une remarque et plusieurs interrogations, on s’est rendu compte que le tissu social est léger et la cohésion sociale manque. En guise de solutions, nous avons trouvé l’éducation car elle nous permet de résoudre beaucoup de problèmes », a-t-elle martelé.

Après, l’honneur est revenu à Fatoumata Binta Diallo chargée des affaires extérieures du collectif de déclamer un poème intitulé l’éducation. Elle a peint son importance au sein de la société. Du côté des conférenciers, Aboubacar Mandela Camara a été le premier à développer le thème. Pour cet activiste et consultant en éducation, nous sommes dans un monde menacé par deux problèmes : la pauvreté et la guerre et d’ajouter que notre Guinée n’est pas à l’abri de cette dernière menace. Pour Mandela Camara, des actions méritent d’être menées: « les violences sociopolitiques sous le premier régime, les arrestations arbitraires parfois ciblées, les violences de 2010 à nos jours sont des signes avant-coureur de guerre. » L’éducation est-elle un vecteur de paix en Guinée ? À cette question, l’activiste a répondu par la négation car selon lui « l’éducation donnée de nos jours au sein des familles est de dimension ethnique. Les écoles s’identifient aux ethnies d’où l’urgence d’une reformation. »

Le deuxième conférencier Mamadou Billo Bah a déclaré ce qui suit : « si nous avions fait ces campagnes d’éducation, de sensibilisation avant 2010, on aurait pas connu les tensions. »

À travers des exercices participatifs et très illustratifs, Mamadou Billo Bah a démontré la nécessité d’accepter de construire un monde meilleur. Les participants ont affirmé avoir été comblés de joie par l’éloquence des conférenciers. Pour Ismail Camara professeur de français, sa journée a bien réussi.

Mamadou Bhoye Barry licence III langue française à l’ISSEG de Lambangny

Partagez

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here