Sujets CEP Guinée 2018 : voici les sujets de rédaction et de géographie

Lors de la première journée du certificat d’études élémentaires appelé aussi examen d’entrée en 7eme année, les candidats ont été soumis à deux épreuves. Voici les sujets de rédaction et de géographie.

Rédaction

‘’C’est l’approche de la fin des grandes vacances. Raconte tes préparatifs pour éviter le retard le premier jour de la rentrée des classes’’. Ce sujet est noté sur 10 points.

Géographie

1- Range les cultures agricoles ci-dessous citées dans deux cercles séparés. Le thé, le maïs, l’ananas, le manioc, le fonio, le coton, le café, le riz. Donne un nom à chaque cercle. (2points)

2) – Complète le tableau suivant : (2points) Préfecture – Mont – Altitude

Dalaba —– 1425 m, Kindia Gangan —– Mali ——– 1538 m ——- Nimba 1752 m

Nomme : a) – les deux monts d’Afrique les plus culminants; b) – les deux fleuves de la Guinée les plus longs (2pints)

3 – les préfectures de Kindia, Pita, Koundara et Guéckédou sont en République de Guinée. Place-les sur une carte (4 points).

Entrée en 7eme année: L’OCSEG réclame l’annulation de l’examen pour fraude

 

Kindia: fin de l’examen du certificat d’études élémentaires

L’examen du certificat d’études élémentaires a pris fin ce vendredi 22 juin 2018 sur toute l’étendue du territoire national. Dans la commune urbaine de Kindia, candidats et encadreurs se félicitent du bon déroulement de cet examen.

Mamadou Saidou Diallo délégué au centre d’examen de l’école primaire de Manquepas affirme que l’examen s’est déroulé dans de meilleures conditions « Au centre de Manquepas, nous avons 302  candidats inscrits, on a enregistré 22 absents dont 12 filles. Ces trois jours passés avec les élèves, nous n’avons connu aucun problème. Les surveillants ont joué pleinement leurs rôles et surtout ils ont respecté le slogan tolérance zéro. Ils ont reçu des instructions de bien surveiller les élèves. Heureusement aucune fraude n’a été signalée» dit-il.

Les élèves étaient repartis dans 11 salles. Mohamed Kéita, l’un des surveillants dudit centre parle du déroulement de cet examen « Dans notre centre, l’examen s’est déroulé globalement dans de très bonnes conditions. Les candidats étaient sereins, ils sont venus à l’heure  même  si on a eu quelques difficultés liées  à leur canalisation car ce sont des tout-petits. Quant à  la crédibilité de cet examen particulièrement au centre de Manquepas, on veillait à la fouille des élèves avant qu’ils ne s’installent dans les différentes salles. Nous avons travaillé en synergie pour la bonne marche de cet examen » précise -t-il.

Dans la joie, Mahmoud Bah, élève au groupe scolaire privée  Aimé  Césaire a livré ses sentiments en ces termes « l’examen s’est bien passé,  les questions étaient abordables. Nous n’avons pas été collés et aucun défaut n’a été signalé dans notre salle. Je suis confiant ».

Siba Toupouvogui depuis Kindia 

Examens nationaux : une ONG pour combattre la fraude

Pour mieux qualifier l’éducation nationale, l’observatoire citoyen du système éducatif guinéen a mis en place le projet national « examens sains et crédibles ». La structure veut lutter contre la fraude lors des évaluations nationales lancées ce 20 juin.

Cette mobilisation des activistes de la société civile regroupe près de cent personnes environ, toutes disposées à combattre les tentatives de fraude lors des examens nationaux. Pour cela, des enquêteurs vont identifier les problèmes et les remonter au niveau des autorités de l’éducation nationale afin que des mesures soient prisent immédiatement. Ce projet compte une coordination nationale, un secrétaire central, un coordinateur des médias et des  réseaux sociaux, 33 superviseurs soit un par préfecture et des enquêteurs parallèles et un porte-parole. Mais malgré les efforts fournis par ces jeunes dynamiques, ils restent confrontés à un manque de moyens financiers, logistiques et techniques. Cependant, Aboubacar Mandela Camara, président du projet déclare être prêt à continuer le combat car selon lui l’éducation est à la base de tout développement durable.

Kyndy Oury Touré licence 1 langue française à l’ISSEG de Lambanyi

 

Entrée en 7eme année : découvrez les sujets 2018 de sciences d’observation et d’éducation civique et morale

Ce jeudi, 21 juin, l’examen d’entrée en 7ème année s’est poursuivi à Boké, au compte de la deuxième journée. Les candidats étaient soumis aux épreuves de dictée et question, sciences d’observation et d’éducation civique morale. Découvrez-les !

Du côté du centre Yomboya, le président dudit centre Ibrahima Gassama nous a affirmé que depuis le début, la vigilance est renforcée pour éviter tout cas de fraude. Il a magnifié la discipline des candidats  et félicité les surveillants qui selon lui jouent pleinement leurs rôles « nous voulons que cela continu jusqu’à la fin de ces examens pour éviter complément les anomalies ».

Les candidats pour leur part notent que tout s’est passé dans les meilleures conditions et les sujets sont conformes au programme. C’est en tout cas ce que soutiennent plusieurs candidats interrogés par laplumeplus.com. Pour cette deuxième journée, les sujets du jour ont été abordés comme suit :

De 09 heures 00 minute à 11 heures 00 minute, il y a eu l’épreuve de dictée et question.  De  11 heures à 12 heures 30 minute, c’était  l’épreuve de sciences d’observation.

Sciences d’observation

1) – complète les phrases suivantes : — Le rein produit……….. — ……………………rejette le gaz carbonique — Le foie élimine……….. — …………………produit et rejette la sueur (2points)

2) – Parmi les maladies suivantes : la rage, le sida, la rougeole, le choléra, la maladie à virus Ebola, copie celles qui sont épidémiques (2points)

3)-Relie par une flèche chaque animal à son milieu de vie.

-Sous-terrain. Souris -Terrestre. Pigeon -Aquatique. Chien -Aérienne. Poisson (2points)

4) – Reproduis le croquis de deux os emboîtés du genou de l’homme (4points).

Education civique

1) – Quelle différence fais-tu entre : a) – le quartier et le district ?

  1. b) – la commune urbaine et la communauté rurale de développement ? (4points)

2) – Quelle différence y a-t-il entre une division administrative déconcentrée et une division administrative décentralisée (2points)

3) – Pour intégrer l’armée guinéenne, voici une liste de qualités : être sportif; être fort; être brave; être juste; être obéissant; être intelligent. Classe-les dans le tableau ci-dessous (2points) -Qualités physiques :… -Qualités morales :…….

4) – Parmi les mots ci-dessous, relève ceux qui sont liés aux travers sociaux : la discrétion, la drogue, la modestie, le vol, l’honnêteté, la politesse, le tabagisme, l’alcoolisme (2points).

Ibrahima Sarifou Bah, élève en 12ème année sciences sociales au groupe scolaire l’Elite de Boké

Matoto : Casimir Diaora, prévient « si un candidat faute il sera sanctionné et si un enseignant fautait, il sera sévèrement sanctionné

Ils sont au total 19054 candidats dont 9518 filles qui affrontent l’examen d’entrée en 7ème année dans la commune de Matoto. Ils sont répartis dans 57 centres et encadrés par 1270 surveillants.

C’est l’école primaire Hadja Aïcha Bah qui a servi de cadre au lancement officiel des premières épreuves du certificat de fin d’étude primaire.

Le secrétaire général du ministre de l’éducation nationale monsieur Casimir Diaora accompagné de Hadja Passy directrice nationale adjointe de l’enseignement fondamental, de madame Léontine Sissoko inspectrice régionale de Conakry et Morlaye Yattara directeur communal de l’éducation de Matoto par intérim ont procédé à l’ouverture de l’enveloppe contenant le sujet de rédaction.

Dans toute les salles visitées par les autorités, les élèves ont scandé le slogan  » vive la
république, vive l’école guinéenne « .

Casimir Diaora s’est adressé aux élèves et surveillants dans un langage simple « Mesdames et messieurs, les enseignants c’est à dire les surveillants et encadreurs de centre, aujourd’hui est un grand jour pour nous les enseignants parce que nous allons voir nos élèves c’est-à-dire nos enfants abordés le premier examen de leur vie et nous souhaitons qu’ils réussissent tous. Mais ce n’est pas à tous les prix que nous souhaitons qu’ils réussissent, il vous a été demandé de faire quelques choses en tant que surveillant et encadreur de centre. C’est ce que vous devez faire veiller au code. C’est à dire il vous ait demandé en toute justice de surveiller avec rigueur pour que les enfants qui réussissent d’eux-mêmes. Cela veut dire que si un enfant faute il sera sanctionné et si un enseignant fautait il sera sévèrement sanctionné. Vous savez nous passons nos examens dans des circonstances assez dure. En 11 jours, 3 examens doivent passer et cela demande des sacrifices. Je crois, vous serai près à consentir ce sacrifice alors au nom de notre pays que nous aimons tant .Nous vous demandons d’accomplir toute les obligations qui vous sont demandées, obligation de rigueur, obligation de correction et obligation de justice ».

Morlaye Yattara directeur communal de l’éducation  de Matoto a précisé que des dispositions sécuritaire  sont déjà  misent en place pour le bon déroulement de l’examen,  le ratio de 30 élèves  et deux surveillants par salle est  respecté. Deux agents de santé  pour les éventuels cas de maladie pour éviter aux enfants  de perdre certaines épreuves. Et il y’a une ceinture  de sécurité très  importante. »
Les enseignants  sont acteurs essentiels de ce processus  et tout peut se jouer dans la salle, rappelle  monsieur  Yattara.

On a fait plusieurs  réunions avec les enseignants. Il est demandé aux encadreurs de respecter et de faire respecter le contenu  des règlements généraux  des examens pour éviter toute forme de fraude. Il a invité la presse  à  s’investir dans la sensibilisation des parents pour une prise de conscience.
Il rappelle  que les élèves ne  passent que 6h à l’école et 18h à  la maison. Si les enfants n’apprennent pas à  la maison leurs leçons,  ce n’est pas à  l’école qu’ils pourront le faire, a t-il conclu.

Les journalistes ont été  vidés de la salle comme  d’habitude pour éviter la fuite des sujets.

Mamadou Falilou Doumbouya

Labé : bon début de l’examen du CEP

Dans la préfecture de Labé, le lancement des épreuves s’est déroulé à l’école primaire de Daka 1, dans la commune urbaine, en présence des autorités administratives et éducatives.

C’est le préfet de Labé, Elhadj Safioulaye Bah qui a donné le ton. Dans son discours de circonstance, il a tout d’abord souhaité bonne chance aux candidats avant de les exhorter à la rigueur tout en évitant de regarder de gauche à droite. Pour sa part, le chef section pédagogique à l’inspection régionale de l’éducation de Labé a martelé que toutes les dispositions ont été prisent pour le bon déroulement des examens et que désormais des superviseurs régionaux sont délégués dans les différentes préfectures de la région où au total 14 333 candidats dont 6 999 filles sont répartis dans 89 centres. Les épreuves de rédaction et de géographie ont été les premiers sujets de cette première journée

CEE à Kaloum: La ministre de l’agriculture lance les premières épreuves à l’EP de Tombo 1

Ils sont cette année au total 1786 candidats dont 888 filles à affronter les épreuves du Certificat d’Études Élémentaires session 2018 sur  l’ensemble de la commune de Kaloum. Durant 3 jours, ces candidats venus des écoles publiques et privées de la commune, vont tenter de décrocher leur précieux sésame, le couronnement de 6 ans de dur labeur. Ici à Kaloum, c’est la ministre de l’agriculture Hadja Mariama Camara, qui a procédé au lancement des premières épreuves à l’école primaire Tombo 1 dès 9heures précises. Elle a profité de l’occasion pour s’adresser à l’encadrement, et prodiguer des conseils aux candidats: « Le président de la République le professeur Alpha Condé, qui dans ses initiatives tient à qualifier l’école guinéenne me charge de vous dire que vous êtes un outil précieux pour la République.  Vous les élèves pourrez servir la Guinée et faire avancer le pays. Soyez sereins, avec sérieux, traitez vos épreuves, ce n’est pas facile nous comptons sur vous. »

Dans ce centre, 188 candidats dont 94 filles sont inscrits. Madame Solomba Condé, est Directrice Communale de l’Éducation de Kaloum « À Kaloum pour le Certificat d’Études Élémentaires, nous avons 9 centres y compris le Franco arabe. Au total, on a 1786 candidats dont 888 filles. Le Franco-arabe a 53 candidats dont 26 filles. Je peux vous rassurer que les candidats se sont préparés pour affronter ces épreuves, parce que malgré les perturbations tout a été mis en place pour finir les programmes et accompagner les élèves. J’espère qu’avec le travail accompli durant l’année scolaire nous nous attendrons à de meilleurs résultats. » A  la question de savoir le nombre de surveillants, la directrice  a déclaré qu’elle n’avait pas les données en tête.

À noter que pour cette première journée, les candidats à l’examen d’entrée en 7ème année ont composé en Rédaction et en Géographie.

Mamadou Malal Bah 12ème année sciences sociales au collège-lycée de Sonfonia

Dixinn : les candidats savourent les épreuves de cette première journée

Dans la commune de Dixinn, ils sont 3971 candidats dont 2008 filles répartis dans 11 centres à entamer les épreuves du CEP. Le tout se passe sous l’œil vigilant de 266 surveillants.

Pour cette première journée, le lancement s’est fait à l’école primaire Dixinn centre 1. La grande délégation était composée de Fodé Sylla Directeur communal de l’éducation, de Hadja Aissatou SOW conseillère en charge de la législation au ministère de l’éducation  nationales et de l’alphabétisation, de Commandant Aboubacar Blasco Soumah, de Djibril Soumah représentant de l’association des parents d’élèves et amis de l’école.
C’est dans la salle 09 que la première enveloppe de la journée portant sur le sujet de rédaction a été ouverte. Dans cette salle, sur les 31 inscrits dont 11 filles, 3 étaient absents.
Après avoir présenté la délégation, madame Aïssatou Sow  a prodigué des conseils aux candidats  sans oublier de leur rappeler ainsi qu’aux surveillants que le slogan est tolérance zéro. De son côté, le Directeur communal de Dixinn Fodé Sylla a signalé la présence sur place des  forces de l’ordre  et des agents de santé.
À la fin des épreuves, les candidats se sont dits satisfaits. C’est le cas d’Ibrahima Soumah qui trouve bien le sujet de rédaction « le sujet de rédaction n’était pas difficile tout comme la géographie. »
Fatoumata Soumah précise elle que le sujet de géographie  est plus abordable que celui de la rédaction.
Mamadou Bhoye Barry licence 2 langue française à l’ISSEG de Lambanyi

 

Boké : les candidats jugent les premières épreuves abordables

À l’instar des autres préfectures du pays, les examens nationaux ont démarré ce mercredi dans la commune urbaine de Boké.

Les responsables locaux se sont donné rendez-vous au complexe scolaire Filira qui compte deux centres d’examen. Parmi les autorités on notait la présence d’Amadou Soumah le directeur préfectoral de l’éducation par l’intérim, Fabinty Soumah le délégué national de l’examen d’entrée en 7ème à Boké, le représentant du préfet et d’autres cadres de la DPE. Avant l’ouverture de l’enveloppe contenant la première épreuve, le DPE, le délégué national, et le représentant du préfet ont donné de sagesses conseils aux candidats. Ces autorités n’ont pas manqué de rappeler au chef du centre et tout le collectif des surveillances d’être très vigilants et surtout d’appliquer les règles conformément à la loi pour éviter tout incident.

De 09heure 00min à 10heure 30 minutes, les candidats ont abordé l’épreuve de Rédaction dont le sujet était libellé comme suit ‘’C’est l’approche de la fin des grandes vacances. Raconte tes préparatifs pour éviter le retard le premier jour de la rentrée des classes’’. Ce sujet est noté en 10 points. De 11heure 00 minute à 12heure 00 minute, les candidats avaient la Géographie.

  • – Range les cultures agricoles ci-dessous citées dans deux cercles séparés. Le thé, le maïs, l’ananas, le manioc, le fonio, le coton, le café, le riz. Donne un nom à chaque cercle. (2points) 2) – Complète le tableau suivant : (2points) Préfecture – Mont – Altitude
  • Dalaba —– 1425 m, Kindia Gangan —– Mali ——– 1538 m ——- Nimba 1752 m
  • Nomme : a) – les deux monts d’Afrique les plus culminants; b) – les deux fleuves de la Guinée les plus longs (2pints) 4) – les préfectures de Kindia, Pita, Koundara et Guéckédou sont en République de Guinée. Place-les sur une carte (4points).

À l’issue des épreuves d’aujourd’hui, le chef du centre du collège Morlaye Soumah a rassuré qu’aucun incident ou cas de fraude n’a été enregistré, tout s’est passés dans les meilleures conditions « nous sommes vraiment contents cette année parce que le taux d’absence est très faible contrairement à l’année passée. Aussi les surveillants et les candidats ont tous observé la sérénité. Donc, nous les félicitons vraiment pour cette sagesse, nous leur demandons de continuer sur cette lancée et nous remercions aussi très sincèrement les parents d’élèves qui ont massivement contribué à la mobilisation des ses enfants ».

Chez les candidats beaucoup d’entre eux se sont exprimés au micro de laplumeplus.com tout en gardant l’anonymat. Ils  disent avoir trouvé les sujets abordables et prient Dieu que la situation continue ainsi pour les prochaines épreuves qui restent. À noter que la commune urbaine de Boké a au total 8485 candidats inscrits dont 3884 filles, 606 surveillants, 303 salles de classes et 36 centres d’examens.

Ibrahima Sarifou Bah, élève en 12ème année sciences sociales au groupe scolaire l’Elite de Boké correspondant de laplumeplus